La Reine du Royaume Uni est décède à l’âge de 96 ans

La Reine du Royaume Uni est décède à l’âge de 96 ans

la reine du royaume-uni est morte

Regardez les protocoles

La reine parle français

La reine du royaume uni est morte à l’âge de 96 ans.
La famille royale du royaume uni s’est jointe à la reine pour la soutenir avant sa mort.

« Sa Majesté s’est consacrée sans réserve à une vie de service. Elle était respectée et admirée non seulement par son propre peuple, mais bien au-delà de notre famille de nations », a-t-elle tweeté. « En tant que monarque ayant régné le plus longtemps, Sa Majesté a été le témoin d’énormes changements, évoluant adroitement avec son temps mais apportant toujours stabilité et réconfort. Elle a été notre constante tout au long de cette grande époque élisabéthaine. »

Elizabeth II est montée sur le trône en 1952, à l’âge de 25 ans, et a supervisé un large éventail de dirigeants politiques au cours de son règne.

Combien de premiers ministres la reine a-t-elle eus ?

Au total, la Reine a vu défiler 15 premiers ministres au cours de ses 70 ans de règne en tant que monarque britannique, dont Liz Truss.

Les anciens premiers ministres britanniques ont été officiellement nommés par la reine au palais de Buckingham. Pour le nouveau Premier ministre Liz Truss, cela signifiait parcourir 1 000 miles pour rencontrer Sa Majesté au château de Balmoral.

Cette rupture de la tradition est due aux problèmes de santé de la reine. Cela n’est arrivé qu’une seule fois à un nouveau Premier ministre, en 1908, lorsque Herbert H. Asquith s’est rendu en France pour être convoqué par le roi Édouard VII, où le monarque était en voyage à Biarritz.

1) Winston Churchill


Winston Churchill a été Premier ministre à deux reprises, de 1940 à 1945, puis de 1951 à 1955. Pendant la majeure partie du second, il a servi sous le règne de la reine.
Il a été chef du parti conservateur de 1940 à 1955.
Surtout connu pour avoir dirigé le pays pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’est retiré de ses fonctions en 1955.
Il aurait été l’un des préférés de la Reine, qui lui a écrit, lors de sa démission, qu’aucun autre Premier ministre ne pourrait « tenir la place de mon premier Premier ministre ».

2) Anthony Eden


Anthony Eden a pris le poste de Premier ministre en 1955 et est resté en fonction jusqu’en 1957.
Il avait été l’adjoint de Winston Churchill pendant une quinzaine d’années auparavant et était considéré comme son protégé, même s’il n’était pas aussi populaire que son mentor.

3) Harold Macmillan


Après avoir été ministre de la défense, ministre des affaires étrangères et chancelier de l’échiquier, Harold Macmillan a dirigé le parti conservateur et a été Premier ministre de 1957 à 1963.
Pressé de prendre sa retraite, on le dit favorable à un départ en 1963, ce qu’il fera finalement en raison de problèmes de santé.

4. Douglas-Home


Alec Douglas-Home a servi pendant un peu moins d’un an, avec un mandat de 363 jours.
Il commence son mandat en tant que Lord avant de se retirer pour briguer le siège de Kinross and West Perthshire, où il remporte une élection partielle qui lui permet de siéger aux Communes.

5) Harold Wilson


Dans sa première et plus longue période en tant que Premier ministre, Harold Wilson a dirigé le gouvernement de 1964 à 1970.
Il a commencé avec une majorité de seulement quatre sièges, avant de parier sur une élection en 1966 qui lui a donné un avantage de 96 sièges.

6) Edward Heath


Edward Heath a dirigé un gouvernement conservateur de 1970 à 1974.
Il a fait entrer la Grande-Bretagne dans la Communauté européenne au cours de son mandat, ce qu’il a fait en 1973.
Harold Wilson – pour la deuxième fois
Harold Wilson a effectué un deuxième mandat plus court, de 1974 à 1976.
Il démissionne, affirmant qu’il avait toujours prévu de le faire à 60 ans.

7) James Callaghan


James Callaghan a occupé le poste de 1976 à 1979, devenant ainsi le premier Premier ministre à avoir occupé les quatre principaux postes de l’État.
Il a perdu son poste après un vote de défiance suite aux grèves de « l’hiver du mécontentement ».

8) Margaret Thatcher


Margaret Thatcher a été Premier ministre conservateur de 1979 à 1990.
Elle a été la première femme à occuper ce poste. Elle a démissionné après avoir été contestée par Michael Heseltine pour la direction du parti conservateur. Le premier tour de scrutin ne lui a pas permis d’être élue et on lui a conseillé de ne pas se présenter au second tour, mettant ainsi fin à son mandat.

9) John Major


John Major a été Premier ministre pendant un peu moins de sept ans, de 1990 à 1997.
Il a démissionné après avoir subi une défaite majeure face aux travaillistes, la pire défaite d’un parti au pouvoir lors d’une élection depuis 1832.

10) Tony Blair


Tony Blair est devenu Premier ministre en 1997 et a occupé ce poste jusqu’en 2007.
Il était à la tête du parti travailliste depuis 1994 et était un élément clé du New Labour avant de le mener au pouvoir. Il est le premier ministre du parti qui a servi le plus longtemps.

11) Gordon Brown


Gordon Brown a assumé le rôle de 2007 à 2010, date à laquelle il a démissionné après l’échec du Labour à former une coalition avec les Lib Dems, ce qui a conduit David Cameron à l’usurper.
Il a également démissionné de son poste de chef du parti travailliste à ce moment-là.

12) David Cameron


David Cameron a servi à partir de 2010, date à laquelle il est devenu le plus jeune PM depuis 1812, et a servi jusqu’en 2016.
Il a démissionné en 2016 à la suite du référendum européen.

13) Theresa May


Theresa May a été Premier ministre de juillet 2016 à juillet 2019.
Elle a quitté ses fonctions de manière acrimonieuse en 2019, après avoir continuellement échoué à obtenir un soutien pour sa stratégie de Brexit.

14) Boris Johnson


Boris Johnson a décidé d’organiser une élection surprise en décembre 2019, après avoir succédé à Theresa May au poste de Premier ministre.
Plus tôt la même année, il a battu d’autres candidats à la direction des Tories, avant de finalement battre Jeremy Hunt, pour devenir le nouveau leader du parti à l’été 2019. Il a démissionné en 2022 après avoir perdu le soutien de ses députés.

15) Liz Truss


Liz Truss devient le premier ministre du Royaume-Uni en septembre 2022, succédant à Boris Johnson, qui a démissionné plus tôt cette année.
Elle a battu son rival Rishi Sunak lors de la course à la direction du Parti conservateur pour devenir la troisième femme Premier ministre de Grande-Bretagne.

 

Combien de présidents américains ont exercé leur mandat pendant le règne de la reine Elizabeth ?

Quatorze présidents américains ont servi pendant les sept décennies de règne de la reine, et les anciens présidents encore en vie ont publié des déclarations de condoléances à la suite de son décès.

L’ancien président Barack Obama, dans une déclaration commune avec la première dame Michelle Obama, a déclaré qu’ils étaient « impressionnés par son héritage de service public inlassable et digne ».

« Michelle et moi avons eu la chance d’apprendre à connaître Sa Majesté, et elle représentait beaucoup pour nous », ont écrit les Obama.

« À l’époque où nous commencions tout juste à naviguer dans la vie de président et de première dame, elle nous a accueillis sur la scène mondiale à bras ouverts et avec une générosité extraordinaire. À maintes reprises, nous avons été frappés par sa chaleur », ont-ils ajouté.

Combien de présidents français ont été en fonction pendant le règne de la reine Élisabeth ?

Francophile de longue date, la reine Elizabeth II connaît bien les présidents français : elle en a rencontré dix.

Lors de sa première visite en France, en mai 1948, elle n’avait pas encore été couronnée. Elle représentait son père, le roi George VI, et était accompagnée du prince Philip, son mari depuis quelques mois seulement.

À cette occasion, la reine est accueillie par le président Vincent Auriol, premier chef d’État socialiste, qui lui remet la Légion d’honneur. La princesse est alors âgée de 22 ans et suscite l’intérêt des médias britanniques et français. Elle se fait remarquer de ces derniers en prononçant son premier discours dans un français impeccable.

Lors de sa deuxième visite, en avril 1957, elle a succédé à son père sur le trône et règne déjà depuis cinq ans.

C’est sa première visite officielle en France en tant que souveraine. La reine rencontre René Coty, le deuxième et dernier président de la Quatrième République.

Vient ensuite le général de Gaulle, à Londres en avril 1960.

La reine lui remet l’Ordre royal de Victoria, en reconnaissance de services personnels distingués rendus au monarque. Accueilli en héros de la Seconde Guerre mondiale, il se rend au palais de Buckingham dans un carrosse royal accompagné de la reine et acclamé par la foule qui l’entoure.

Cependant, une anecdote raconte qu’au cours d’un dîner officiel, un invité demande à Yvonne, l’épouse de de Gaulle, ce qu’elle attend le plus de sa retraite imminente.

retraite imminente. Avec beaucoup d’élaboration (car elle ne parle pas beaucoup l’anglais), elle répond : « Un pénis ».

Un silence inconfortable s’ensuivit, jusqu’à ce que la reine vienne prétendument à la rescousse avec tact : « Ah, le bonheur. »

La reine rencontre ensuite Georges Pompidou en mai 1972 pour marquer l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE.

Dans son discours, le président évoque le « plaisir » des Français à la recevoir. À son tour, et toujours en français, elle évoque chaleureusement les liens entre les deux pays, en s’exclamant : « Nous ne roulons peut-être pas du même côté de la route, mais nous allons dans la même direction ».

Vient ensuite Valéry Giscard d’Estaing, qui est accueilli à Londres en 1976, accompagné de son épouse, deux ans après son élection. Amoureux des chiens, il repart avec un chiot labrador, Samba, provenant du chenil de la reine, qui est souvent photographié à l’Élysée.

Giscard d’Estaing a provoqué une tempête littéraire en 2009 en écrivant un roman détaillant une romance fictive entre une Diana, princesse de Galles à peine déguisée, qu’il avait rencontrée à plusieurs reprises, et lui-même.

Malgré les rumeurs d’une liaison réelle entre les deux, il a affirmé au Point que le roman était entièrement inventé. Lorsqu’il est mort du Covid en décembre 2020, le message de la reine au président Macron pour marquer une journée de deuil national pour lui a déploré « une grande perte pour la France ».

François Mitterrand est l’un des présidents français qui a eu le plus de contacts avec la Reine.

Entre 1981 et 1995, ils se sont vus à plusieurs reprises, notamment lors de la création de l’Union européenne en 1992 et de l’ouverture du tunnel sous la Manche en 1994.

Au sujet de la relation entre le président socialiste et la souveraine, Hubert Védrine, secrétaire général de la présidence de 1991 à 1995, confiait à Point de vue en 2020 :  » Il suffisait de les regarder parler ensemble. Elle, en particulier. On ne pouvait que constater qu’elle aimait [sa] compagnie, qu’elle prenait plaisir à lui parler.

« La dernière fois qu’ils se sont rencontrés, c’était lors d’un sommet, très peu de temps avant qu’il ne quitte l’Élysée. Elle savait qu’il était déjà très malade et qu’elle ne le reverrait pas.

La reine a également rencontré Jacques Chirac à de multiples reprises – l’autre président avec lequel elle a eu le plus de contacts.

Sa première visite en Angleterre, en 1996, a été remarquée : le chef d’État français a salué la foule chaleureusement, en saluant et en envoyant des baisers, tandis que la reine est restée impassible.

L’historienne Isabelle Rivière a déclaré au Point en 2015 : « Jacques Chirac était un peu agacé par la lourdeur du protocole, mais la reine est une femme qui s’intéresse de près à ses invités et sait les mettre à l’aise. L’humour du président a fait le reste. »

Un exemple frappant de ce dernier a été rappelé par Roselyne Bachelot, qui a été ministre de la solidarité et de la cohésion sociale sous Chirac. Lors d’une visite officielle à Londres, dit-elle,

il était assis dans une voiture à toit ouvert aux côtés de la Reine, lorsque le cheval qui les précédait s’est soudainement emballé.

La monarque, embarrassée, s’est sentie obligée de s’excuser auprès du président français, qui lui a répondu : « Ce n’est pas grave, je pensais que c’était le cheval. »

Pendant sa présidence, la reine a effectué sa quatrième visite officielle en France en avril 2004 pour célébrer les 100 ans de l’Entente cordiale, qui a permis une amélioration majeure des relations franco-britanniques. La visite d’État de Nicolas Sarkozy au Royaume-Uni en 2008 a été marquée par un intérêt fébrile pour la garde-robe de son épouse glamour Carla Bruni-Sarkozy et par une révérence experte à la reine lors de sa rencontre.

Cette marque de respect a suscité des critiques élogieuses de la part de la presse britannique, le Daily Mail s’interrogeant : « Avons-nous affaire à une nouvelle Jackie O

ou plutôt une Audrey Hepburn ou peut-être, même, une touche de Diana ? ».

La rencontre entre François Hollande et Élisabeth II en 2012 au château de Windsor a également été chaleureuse.

La reine a effectué sa dernière visite officielle (la cinquième) en France en juin 2014 pour marquer le 70e anniversaire du jour J. Au cours de cette visite, François Hollande aurait proposé à la reine d’utiliser

une Renault Vel Satis blindée pour éviter que ses chapeaux ne soient écrasés par le toit inférieur de la Citroën DS5 dans laquelle les chefs d’État voyagent habituellement.

Dans son discours lors du dîner officiel au palais de l’Élysée, la reine a insisté sur le fait que la France et le Royaume-Uni étaient solidaires en tant que « gardiens de la paix et de la sécurité internationales ».

Plus personnellement, elle a ajouté : « Je me souviens de mon propre bonheur, en découvrant ce beau pays pour moi-même et pour la première fois, et en développant ma propre grande affection pour le peuple français. »

Hollande, à son tour, a déclaré que la reine était une femme qui personnifiait l’expression « Keep calm and carry on ».

Échanges avec les Macron
La reine a rencontré Emmanuel Macron lors de plusieurs événements internationaux, notamment pour commémorer le 75e anniversaire du jour J en juin 2019 à Portsmouth.

La même année, les dirigeants mondiaux ont célébré le 70e anniversaire de l’Otan lors d’une réception au palais de Buckingham.

La reine aurait appelé le président français en 2020, à l’occasion de l’anniversaire de l’Appel du 18 juin, le premier discours prononcé par de Gaulle après son arrivée à Londres suite à la chute de la France.

L’épouse du président, Brigitte Macron, aurait également parlé à la reine à plusieurs reprises, notamment après le décès du duc d’Édimbourg.

Apprenez l’anglais en présentiel ou à distance avec un professeur anglophone, expérimenté en utilisant votre droit de formation le CPF. Nous avons divers formations et cours d’anglais financés par le CPF qui repondent à vos besoins spécifiques de l’anglais de votre domaine professionnel. 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur vk
VK
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur reddit
Reddit
Partager sur tumblr
Tumblr
Partager sur telegram
Telegram